THE FABELMANS

Biopic – Drame – 2022 – 2H31 (Blu ray) 2h25 (DVD) – Etats-Unis
Réalisation : Steven Spielberg
Scénario : Steven Spielberg & Tony Kushner
Distribution : Gabriel LaBelle, Michelle Williams, Paul Dano, Seth Rogen, Chloe East, Julia Butters, Sam Rechner, Judd Hirsch…
Sorti en salles le 22 février 2023

Disponible en 4K UHD + Blu ray – Blu ray – DVD – VOD le 5 juillet 2023 – Universal Pictures France
16/9 – 1.85 :1 – Anglais, français, allemand 7.1 – Sous-titres anglais français, allemand.

Le pitch
Passionné de cinéma, Sammy Fabelman passe son temps à filmer sa famille. S’il est encouragé dans cette voie par sa mère Mitzi, dotée d’un tempérament artistique, son père Burt, scientifique accompli, considère que sa passion est surtout un passe-temps. Au fil des années, Sammy, à force de pointer sa caméra sur ses parents et ses sœurs, est devenu le documentariste de l’histoire familiale ! Il réalise même de petits films amateurs de plus en plus sophistiqués, interprétés par ses amis et ses sœurs. Mais lorsque ses parents décident de déménager dans l’ouest du pays, il découvre une réalité bouleversante sur sa mère qui bouscule ses rapports avec elle et fait basculer son avenir et celui de ses proches.

Le film *****
À travers l’évocation magnifiquement mise en image de ses souvenirs d’enfance Steven Spielberg nous offre son film le plus intime, le plus personnel et sans aucun doute le plus attachant.
THE FABELMANS est à la fois le portrait d’un jeune garçon fou de cinéma et le récit d’une douloureuse séparation familiale qui va nourrir la fertile imagination du cinéaste en devenir. De ce traumatisme de jeunesse, Steven Spielberg parvient à tirer un film lumineux et bouleversant, qui ne sombre jamais dans le pathos.

Mieux, on se régale véritablement quand le jeune Sammy Fabelman s’essaie au tournage de films de guerre ou de science-fiction avec une imagination débordante et une foi infinie dans le cinéma, celle de Spielberg, évidemment, qui revisite ici ses premiers essais derrière la caméra.
THE FABELMANS est porté par un casting de très haute tenue, à commencer par Gabriel LaBelle, véritable révélation du film qui ne souffre jamais de la comparaison avec ses illustres ainés, Michelle Williams (totalement bouleversante à plusieurs reprises), Paul Dano et un surprenant Seth Rogen. N’oublions pas non plus, le clin d’œil final réjouissant que Steven Spielberg adresse à John Ford, l’un de ses cinéastes de chevet. Un rôle que le cinéaste a confié à un autre très grand réalisateur que vous ne manquerez pas de reconnaitre…

A l’heure où les scénaristes américains (et une grande partie des acteurs/actrices) sont en grève, il convient de souligner l’incroyable richesse du récit coécrit par Steven Spielberg et Tony Kushner, brillant scénariste  avec lequel le cinéaste a déjà collaboré à trois reprises sur MUNICH, LINCOLN et plus récemment WEST SIDE STORY.
Impossible enfin de passer sous silence (ce serait un comble !) la somptueuse bande originale signée par le compositeur fétiche de Steven Spielberg, John Williams. Précisons que cette collaboration est la 28ème entre le musicien et le réalisateur…

Bref, quand on aime le cinéma, et même si désormais le visionnage se fait à la maison, difficile de résister à cette magnifique déclaration d’amour au septième art, signée par l’un de ses plus brillants artisans.

Bonus ****
Présent sur les 3 supports
THE FABELMANS : Un voyage intime (11mn, VOST)

Présent uniquement sur le 4K UHD et le Blu ray
Une dynamique familiale (15mn, VOST)
La Création du monde THE FABELMANS (22mn, VOST)

« Je ne peux pas revivre le passé, mais je peux le partager » c’est ce que déclare Steven Spielberg, à l’issue du troisième module de ce « Documentaire – The Fabelmans ».
On ne saurait mieux dire tant le visionnage de ces trois bonus passionnants et complémentaires nous donnent envie de revoir au plus vite THE FABELMANS afin de replonger dans le passé du réalisateur et de partager avec lui le souvenir de cette magnifique histoire de famille.
Même si l’ensemble de ces suppléments n’évite pas, par moments, le côté « tout le monde, il est beau… » presque inhérent au genre, on ne doute pas un seul instant le bonheur et l’émotion incroyable que ce tournage (en pleine période « covid ») a pu procurer à l’ensemble de ses protagonistes. Et ils sont très nombreux à témoigner, du coscénariste Tony Kushner à l’ensemble du formidable casting, en passant par le génial John Williams qui, avec ce film, marque d’une belle note ses 90 ans et ses 50 ans de carrière aux côtés de Steven Spielberg.
Spielberg, justement !
Quand on le voit sur son plateau, s’amuser comme l’enfant qu’il est encore avec d’anciennes caméras, mais toujours si proche de ses interprètes, de ses collaborateurs, on est touché au cœur. Impossible de ne pas être ému par l’humanité folle et la curiosité insatiable d’un homme, d’un réalisateur qui n’a pourtant plus rien à prouver.
C’est sans doute pour cela que le cinéaste nous livre ici, sans aucun doute, son film le plus intime et le plus bouleversant.

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez