MÉLODIE POUR UN MEURTRE (Sea of love)

Thriller – 1990 – 1h53 (Blu ray) 1h48 (DVD) – Etats-Unis
Réalisation : Harold Becker
Scénario : Richard Price
Distribution : Al Pacino, Ellen Barkin, John Goodman, William Hickey, Michael Rooker, Richard Jenkins, Paul Calderon, Samuel L.Jackson…

Sorti en salles le 10 janvier 1990

Disponible en Blu ray & DVD (nouvelles éditions)

SPÉCIFICITÉS BLU RAY
Image :  16/9 1.85 :1(source pellicule 35mm)
Audio :  Français et Anglais DTS HD Master Audio 5.1
Sous-titres : Français

SPÉCIFICITÉS DVD
Image :  16/9 1.85 :1 (source pellicule 35mm)
Audio : Français et Anglais Dolby Audio-DD 5.1
Sous-titres : Français

Le pitch
A New York. En l’espace d’une semaine, deux hommes qui organisaient leurs rendez-vous amoureux par l’entremise d’un magazine spécialisé sont assassinés. Frank Keller, un policier intègre mais usé depuis sa rupture avec sa femme, est chargé de l’enquête. Il organise alors des rencontres avec les nombreuses correspondantes des victimes. C’est ainsi qu’il va rencontrer Helen dont il tombe amoureux mais qu’il ne peut s’empêcher de soupçonner d’être la meurtrière.

L'ombre d'un mensonge Michelle Fairley Bouli Lanners

L’avis Cin’Ecrans
S’il n’est pas inoubliable ce thriller “sexuel”, comme le définit son réalisateur Harold Becker, a gagné avec les années et la patine du temps, un charme certain. D’autant que le film n’est pas, loin s’en faut, que le simple polar annoncé. Il fait aussi le constat de la solitude pesante de ses principaux personnages qui tentent de survivre à un quotidien usant, au cœur de la très énergisante ville de New-York.
MÉLODIE POUR UN MEURTRE nous régale aussi de son excellent casting. On retrouve ainsi avec beaucoup de plaisir Al Pacino & la trop rare Ellen Barkin dont l’alchimie du duo imprime formidablement la pellicule, mais aussi John Goodman et Michael Rooker sans oublier dans une très courte apparition Samuel L.Jackson (crédité au générique comme le « black guy »… ça ne s’invente pas !)
Un film à (re)découvrir “A la maison”, donc, dans de toutes nouvelles éditions Blu ray et DVD généreusement fournies en bonus…

Bonus
Supplément exclusif à cette édition française : « Petite musique de chambre » par Fred Teper (2022, 22’37”)
+ Suppléments d’époque :
« The Creation of ‘Sea of Love’ » : making-of (2003, 13’53”, VOST)
Scènes coupées (5’55”, VOST)
Scènes commentées par Harold Becker (13’03”, VOST)
Bande-annonce originale (1’27”, VOST)

Pour rendre justice à ce film qui, en son temps, a redonné un bel élan à la carrière d’Al Pacino, L’Atelier d’images nous propose toute une série de bonus qui figuraient sur l’édition américaine du DVD mais qui étaient curieusement absents de sa première édition française en 2013.

On peut ainsi découvrir « The creation of Sea of love » making-of de 14 minutes qui retrace les origines et les coulisses du film ainsi que quelques scènes coupées, plutôt intéressantes, même si un commentaire du réalisateur n’aurait pas été superflu.
On retrouve justement Harold Becker sur le dernier supplément proposé qui consiste en un commentaire audio de plusieurs scènes du film. L’occasion pour le cinéaste d’évoquer, entre autres, le tournage entre New-York et Toronto, le travail et l’implication d’Al Pacino et Ellen Barkin ou bien encore la bande originale du film signée Trevor Jones.
Saluons l’initiative de proposer ce format de commentaires sur une sélection de séquences, qui s’avère au final bien plus judicieux et palpitant qu’un commentaire audio de la totalité d’un film. Un exercice dont on vient, sauf dans de très rares cas, difficilement à bout.

Cerise sur le gâteau, son éditeur français, L’Atelier d’images nous propose un supplément inédit assez passionnant avec « Petite musique de chambre », un entretien riche en infos, avec Fred Teper, le rédacteur en chef des « Chroniques de Cliffhanger & co ».
Le journaliste, dont on ressent parfaitement sa passion pour le 7è art, évoque le film en soulignant notamment, l’excellence du casting, la richesse du scénario de Richard Price ou bien encore le beau travail sur les lumières du directeur de la photographie Ronnie Taylor.

On pourra simplement regretter la redondance de certaines infos que l’on retrouve dans les autres suppléments et la pauvreté de mise en image de ce bonus : l’interview de Fred Teper est filmée sur un fond noir assez austère et son montage rythmé par une successions de plans plus ou moins serrés et répétitifs. Ce sobre dispositif est néanmoins sauvé par de trop rares extraits de films (heureusement en VOST).

Partagez
Tweetez
Enregistrer