« … j’ai compris que ce film-là, c’était un peu le film que j’aurai eu besoin de voir à 14 ans » Marion Desseigne-Ravel

Sur un mur de mon quartier, on a tagué : Le premier qui tombe amoureux a perdu.
C’est vrai. Parce qu’après, tout le monde parle sur toi et t’es à la merci.
J’ai perdu. Je suis amoureuse d’une fille, je ne sais pas quoi faire…

LES MEILLEURES, premier long-métrage de Marion Desseigne-Ravel raconte l’histoire d’amour compliquée entre deux jeunes filles de banlieue.
Le film, porté par la fougue de son beau duo d’actrices Lina El Arabi (NOCES, de Stephan Streker) et Esther Rollande, interroge sur le désarroi amoureux, le regard des autres et ses conséquences ainsi que sur l’omniprésence et la toute-puissance des réseaux sociaux.

C’est dans le cadre du Festival International du film de Saint-Jean-de-Luz que nous avons évoqué avec Marion Desseigne-Ravel, la genèse de ce film dans l’air du temps qui malgré sa belle ambition n’a pas été simple à concrétiser…

Partagez
Tweetez
Enregistrer