« C’est mieux de se jeter, de se brûler que de s’économiser ou d’avoir une stratégie » Fanny Ardant

Avec LES JEUNES AMANTS, Carine Tardieu poursuit un travail de réalisatrice tout en finesse autour de la question de l’intime.
Après LA TETE DE MAMAN, DU VENT DANS MES MOLLETS et OTEZ-MOI D’UN DOUTE, la scénariste-réalisatrice nous revient avec ce quatrième long-métrage très personnel que souhaitait mettre en scène Sólveig Anspach. LES JEUNES AMANTS est inspiré par l’histoire d’amour que la mère de Sólveig Anspach a vécue tardivement avec un médecin bien plus jeune qu’elle.


La disparition, en 2015, de la réalisatrice de HAUT LES CŒURS ne lui aura pas permis de réaliser son rêve. C’est donc son amie Carine Tardieu, avec la complicité au scénario d’une autre amie de Sólveig, Agnès de Sacy, qui nous offre aujourd’hui LES JEUNES AMANTS, un film pudique, lumineux et bouleversant porté par son magnifique duo d’acteurs principaux Fanny Ardant et Melvil Poupaud.

C’est en août dernier, lors du festival du film francophone d’Angoulême que j’ai eu l’immense plaisir de rencontrer la réalisatrice et ses deux comédiens pour échanger autour de ce film que je vous recommande plus que chaleureusement.

Partagez
Tweetez
Enregistrer