"C’est la première fois, il faut que j’en profite..." Juliette Tresanini

Actrice, mais aussi scénariste, réalisatrice, youtubeuse… le nom de Juliette Tresanini est aussi associé très fortement à son personnage de Sandrine Lazzari dans la série DEMAIN NOUS APPARTIENT.
Cette semaine, Juliette Tresanini ajoute une nouvelle ligne à son riche CV en devenant Présidente de jury de la première édition du Festival du film de société.
Avec les membres de son jury, Christian Gerin, Jérémy Banster, Paul Ghezi, Coline Crance Philouze et Christophe Favre, Juliette Tresanini aura le plaisir d’attribuer trois prix, meilleur film, meilleure mise en scène et interprétation.

C’est à la sortie de la projection du film COMPAGNONS au cinéma Le Lido à Royan, que nous avons cueilli la présidente du jury pour prendre le pouls de cette première édition du Festival du film de société.

Juliette Tresanini: C’est toujours compliqué pour moi de parler dès la sortie d’un film d’autant plus quand l’émotion est forte ce qui a été le cas avec ce film qui m’a beaucoup touché.

Je peux vous appeler madame la présidente ?
Juliette Tresanini: (éclat de rire), je vous en prie… c’est la première fois, il faut que j’en profite. Plus sérieusement, c’est ma première présidence même si j’ai déjà fait partie d’un jury, notamment au Festival de Luchon (ndlr ; Festival des créations TV).
Je tiens vraiment à remercier l’organisation du festival car c’est un véritable honneur d’être ici pour la première édition d’un festival consacré à des films de société qui rejoignent bon nombre de mes préoccupations. C’est un immense plaisir mais aussi une vraie responsabilité (rire). Nous nous parlons beaucoup avec le reste du jury et c’est passionnant car nous avons des personnalités et des parcours différents. Après avoir déjà vu une partie des films en compétition, je peux déjà vous dire que les choix vont être difficiles car nous n’avons que 3 prix à remettre et nous avons déjà l’embarras du choix, mais nous allons y arriver !

Comment vous êtes-vous préparée à ce festival ? Vouliez-vous en savoir le moins possible sur la sélection ou avez-vous cherché des infos sur les films, leurs réalisateurs, réalisatrices … ?
Juliette Tresanini: J’avoue que dès que j’ai connu la sélection, j’ai cherché à en savoir plus, notamment sur le parcours des réalisateurs, savoir ce qu’ils avaient fait avant, regardé leur travail quand il était disponible. Ça m’intéresse énormément de comprendre les motivations d’un film, d’un projet.
Je suis très curieuse du travail des autres et je dois bien dire que pour le moment, je n’ai pas été déçue. Comme je vous le disais, je sors tout juste du film COMPAGNONS (ndlr ; de François Favrat) qui m’a beaucoup touché mais ça a aussi été le cas hier soir avec LA VRAIE FAMILLE qui m’a profondément émue.

Actrice, scénariste, créatrice, youtubeuse… comment vous définiriez-vous ?
Juliette Tresanini: Tout ça à la fois en fait ! j’adore mon métier d’actrice mais j’ai besoin de plus. C’est pour ça que j’écris et que j’adore travailler sur des idées de courts métrages, notamment. J’ai aussi fait une vraie pause de deux mois pour écrire un livre qui devrait sortir en mars prochain autour des « phrases qui ont changé nos vie » (ndlr ; série de vidéos, sur la chaine Youtube de Juliette où des personnalités évoquent une phrase importante dans leur vie).

Votre relation au public a-t-elle beaucoup changé avec le formidable succès de « DEMAIN NOUS APPARTIENT » ? Et comment avez-vous vécu la fin de cette aventure… ?
Juliette Tresanini: Elle n’est pas totalement terminée (sourire). Tant qu’un personnage n’est pas mort, il y a toujours de l’espoir… d’autant que tout va parfaitement bien avec mes partenaires et avec la production… Evidemment j’étais triste de quitter cette famille et ce personnage très riche de Sandrine Lazzari qui n’était pas forcément si évident que ça au départ. Et puis ma vie a beaucoup changé avec cette aventure, puisque je me suis notamment installé avec ma famille à Sète où avaient lieu les tournages. Une grande partie de ma vie était là-bas.
Mais, au final, je ne garde qu’un souvenir formidable de cette aventure, d’autant que la réaction du public a été formidable. J’ai reçu de très nombreux témoignages de remerciements et me demandant aussi de revenir… (sourire)
Cet arrêt m’a donné du temps pour développer d’autres projets et je continue de travailler avec TF1 qui ne m’a pas abandonné (ndlr ; on a pu la voir récemment dans LE FURET).
Sinon, en dehors du livre, je suis aussi en train d’écrire un long métrage avec Laurent Firode (ndlr ; avec qui l’actrice a tourné cette année LA CICATRICE, un court métrage dont elle est l’initiatrice) et que nous allons sans doute coréaliser…

Vous ne vous ennuyez donc pas ! D’autant qu’il y a toujours votre goût pour le court métrage qu’on peut partager avec vous sur votre riche chaine Youtube… Je pense notamment au très beau PROMO 2000 (à découvrir ci dessous), réalisé par Paul Lapierre, un film dont je trouve qu’il a une réelle ambition de cinéma sur le fond, comme sur la forme …
Juliette Tresanini:
Oh merci beaucoup, ça me fait très plaisir ! Avec Paul, nous sommes effectivement très contents de ce film. Il raconte l’histoire d’une jeune femme qui fait tout pour qu’on l’oublie et qui à l’occasion d’une soirée retrouve ses camarades de lycée… Mais eux ne la reconnaissent pas !
Nous sommes d’autant plus heureux que le film vient d’être sélectionné avec quatre autres pour le Festival du court métrage de Clermont-Ferrand dans une toute nouvelle section (ndlr; la sélection POP-UP dédiée à des courts métrages produits sur le web).

Avant de vous retrouver à Clermont-Ferrand en février, il ne me reste donc plus qu’à vous souhaiter une bonne fin de festival ici à Royan et de faire les bons choix avec votre jury…
Juliette Tresanini: Merci beaucoup, il nous reste encore 2-3 films à voir en compétition et je vais sans doute rester après la cérémonie de clôture pour découvrir ZAÏ, ZAÏ, ZAÏ, ZAÏ présenté hors compétition. Je ne repartirai que lundi matin, je vais profiter jusqu’au bout de ce beau festival.

Propos recueillis par Jean-Luc Brunet au Cinéma Le Lido de Royan dans le cadre du Festival du film de société de Royan. Un grand merci à Guillaume Mousset, directeur du cinéma et du Festival ainsi qu’à Audrey Grimaud (Agence Valeur absolue).

Partagez
Tweetez
Enregistrer