DISSIDENTE

Un film de Pier-Philippe Chevigny
Scénario de Pier-Philippe Chevigny
Avec Ariane Castellanos, Marc-André Grondin, Nelson
Drame – 1h29 – Canada – France

Sortie en salles le 5 juin 2024

L’histoire 
À Richelieu, ville industrielle du Québec, Ariane est embauchée dans une usine en tant que traductrice. Elle se rend rapidement compte des conditions de travail déplorables imposées aux ouvriers guatémaltèques. Tiraillée, elle entreprend à ses risques et périls une résistance quotidienne pour lutter contre l’exploitation dont ils sont victimes.

L’avis Cin’Écrans ****
Après avoir réalisé une dizaine de courts-métrages, le cinéaste canadien Pier-Philippe Chevigny s’est lancé dans l’aventure du long-métrage et ce premier essai est une véritable réussite.
DISSIDENTE est un film de fiction très documenté, intense et implacable sur le quotidien terrible de travailleurs étrangers qui subissent de plein fouet la violence sociale et l’exploitation.

« Le point de départ, c’était d’essayer de faire un documentaire… » Pier-Philippe Chevigny

Pour incarner le personnage complexe d’Ariane, la dissidente, que la caméra ne lâche pas d’une semelle, Pier-Philippe Chevigny a fait appel à l’excellente Ariane Castellanos, une comédienne avec qui le cinéaste avait déjà collaboré en 2015 sur son court-métrage VÉTÉRANE.

L’actrice est absolument remarquable dans son incarnation d’une femme aux prises avec une situation des plus inconfortables, à la fois victime et complice du système qui va se rebeller contre cette situation.
La composition d’Ariane Castellanos lui a d’ailleurs valu, récemment, un très mérité Prix d’interprétation au Festival du film de demain, festival dont le jury a également décerné au film son Prix du meilleur scénario.

 « Une scène, un plan… » Pier-Philippe Chevigny

Aux côtés d’Ariane Castellanos, Marc-André Grondin (C.R.A.Z.Y., LE SUCCESSEUR), toujours bluffant de justesse mais que l’on peine presque à reconnaitre tant il est méconnaissable.
Le reste du casting affiche un mélange de comédiens et de non-professionnels. Un choix plus que judicieux qui apporte au film une grande véracité et une vraie puissance dramaturgique.

Il convient enfin de saluer la mise en scène discrète mais assez virtuose de ce 1er film, composé en grande partie de longs plans séquences.
Véritable plongée en immersion dans une entreprise gangrenée par l’exploitation de ses ouvriers, DISSIDENTE s’impose comme un puissant et suffocant drame social, dans la droite lignée de la trilogie du travail de Stéphane Brizé (LA LOI DU MARCHÉ, EN GUERRE, UN AUTRE MONDE). À voir absolument.

Le + Cin’Écrans
C’est lors de la présentation de DISSIDENTE au Festival international du film de Saint-Jean-de-Luz, en octobre dernier,que nous avons eu le privilège de rencontrer son réalisateur Pier-Philippe Chevigny.
Quelques jours après cette interview, DISSIDENTE était distingué par trois fois en obtenant le Grand Prix du jury présidé par Agnès Jaoui, le Prix du public et le Prix d’interprétation féminine pour Ariane Castellanos.  

INTERVIEW PIER-PHILIPPE CHEVIGNY

Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez