BIRDY

Drame – 1984 – 2h00 (Blu ray) 1h55 (DVD) – France
Réalisation : Alan Parker
Scénario : Sandy Kroopf & Jack Behr d’après l’œuvre de William Wharton,
Distribution : Matthew Modine, Nicolas Cage, John Harkins…

Sorti en salles le 22 mai 1985

Disponible en combo blu ray + DVD + livret – Edition collector limitée

SPÉCIFICITÉS BLU RAY
Image :  1.85 – 1080, 24p
Audio :  Anglais & Français DTS Master Audio 2.0
Sous-titre : Français

SPÉCIFICITÉS DVD
Image :  1.85, 16/9e compatible 4/3
Audio : Anglais DTS 2.0 & Dolby Digital 2.0, Français Dolby Digital 2.0
Sous-titre : Français

Le pitch
Malgré leurs différences, Al et Birdy sont devenus inséparables. Dans leur banlieue défavorisée de Philadelphie, Al, sportif, exubérant et populaire, ne pense qu’à séduire les filles, quand Birdy, réservé et étrange aux yeux des autres, voue une admiration sans bornes aux oiseaux… Mais la guerre a mis fin au temps de l’insouciance et les deux amis ont vécu le traumatisme du Viêt Nam. Revenu défiguré, Al est appelé à l’hôpital militaire pour aider Birdy : totalement mutique, il semble persuadé d’être une créature pouvant voler…

L’avis Cin’Ecrans
La redécouverte de BIRDY dans cette nouvelle et très belle édition digitale est un réel plaisir.
Le film d’Alan Parker, Grand prix spécial du jury au Festival de Cannes 1985, dénonce brillamment les horreurs de la guerre du Vietnam et ses ravages sur les hommes qui en sont revenus.

BIRDY est un film sur l’indéfectible amitié qui lie ses deux principaux protagonistes dont l’un s’est enfermé dans sa folie. Une œuvre intense et poétique qui vous transporte deux heures durant dans un espace-temps singulier imposé par la vision du monde d’Al et Birdy.
Outre les compositions intenses et subtiles de Matthew Modine et Nicolas Cage, BIRDY est magnifié par une belle ambition artistique avec en particulier le somptueux travail de Michael Seresin, fidèle directeur de la photographie du cinéaste et par une bande son composée par l’immense Peter Gabriel.

Avec ce sixième long-métrage, sorti en France avec grand succès en mai 1985, le réalisateur de MIDNIGHT EXPRESS, MISSISSIPI BURNING et THE COMMITMENTS signait un nouveau film très marquant dans sa riche et très éclectique carrière.

L'ombre d'un mensonge Michelle Fairley Bouli Lanners

Bonus
– L’abstraction de la guerre (24’) : Entretien avec Matthew Modine
– Haut vol (17’) : Entretien avec les scénaristes Jack Behr et Sandy Kroopf
– Prendre la plume (14’) : le réalisateur Keith Gordon évoque William Wharton, auteur du roman
– Birdy et l’ange Gabriel (16’) : Entretien avec le journaliste musical Christophe Geudin
– Peter Gabriel, la musique réinventée (7’) : Entretien avec Peter Gabriel

+  Un livret de 40 pages, écrit spécialement par François Cau et illustré de photos d’archives

C’est un beau cadeau que nous fait Wild Side avec cette nouvelle édition du film d’Alan Parker proposée dans un combo Blu ray + DVD, agrémenté d’un livret de 40 pages (que nous n’avons malheureusement pas pu découvrir).

En revanche, nous avons pu déguster de nombreux et judicieux bonus dont deux consacrés à Peter Gabriel.
Outre une interview (2019) du musicien britannique, l’édition française est dotée d’un module totalement inédit (Birdy et l’ange Gabriel) consacré à la bande originale du film et à la carrière du compositeur à travers un entretien érudit avec Christophe Geudin.

Le journaliste musical nous y confirme que l’ex-leader de Genesis est un musicien perfectionniste à l’extrême. Ayant peur de ne pouvoir rendre sa partition dans les temps, Le créateur de « So » n’a accepté la proposition d’Alan Parker qu’à la condition de pouvoir mêler compositions originales et relectures de titres figurant sur deux de ses albums solos.

Le reste des bonus est constitué de modules figurant sur l’édition anglaise 2019 du film.

Dans « L’abstraction de la guerre » on a grand plaisir à retrouver l’interprète de Birdy, le trop rare Matthew Modine qui se livre avec générosité et témoigne, à travers de nombreux souvenirs, de l’importance primordiale du film et de ce rôle dans sa carrière.

Dans « Haut vol », les deux coscénaristes du film Jack Behr & Sandy Kroopf reviennent sur les enjeux très spécifiques de l’adaptation pour le film du roman de William Wharton.

« Prendre la plume » nous propose de poser un autre regard sur BIRDY, celui de Keith Gordon, un réalisateur qui a lui-même adapté une œuvre de William Wharton pour l’un de ses films SECTION 44, en 1992. L’occasion, notamment, d’en savoir plus sur l’impressionnante séquence en vue subjective (grâce à l’emploi d’un dispositif très spécifique et d’une caméra nouvelle à l’époque, la Skycam) au cours de laquelle Birdy se rêve en oiseau.

Bref, une bonne soirée de 3 heures est à envisager si vous souhaitez déguster d’une traite le copieux menu BIRDY concocté par son éditeur français…

Partagez
Tweetez
Enregistrer